10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange

22.00

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange de Elif Shafak

Flammarion
400 pages
EAN : 9782081500419

2 en stock (peut être commandé)

Description

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange de Elif Shafak

Selon des études scientifiques, l’activité du cerveau humain, persiste dix minutes et 38 secondes après que le cœur a cessé de battre ; ce temps structure les chapitres de cet ouvrage. Dès le début du livre on sait que Tequila Leila, personnage principal, a été retrouvée morte dans une décharge, l’auteur s’empare de ces minutes pour reconstituer sa mémoire.

A partir de cette construction originale, Elf Shafak déploie son petit monde. L’action se déroule entre les années 60 et 90 en Turquie et ensuite à Istanbul qui, bien que capitale du pays, semble habiter un autre territoire. Elif Shafak dit à Istanbul rien n’est solide tout est liquide, elle dresse en toile fond le tableau de la ville où elle a vécu une vingtaine d’années. Imaginées à partir de faits réels, des meurtres de prostitués dans les bas fonds des rives du Bosphore, les histoires se succèdent, s’entrelacent, offrant le spectacle de minorités de toutes confessions, de marginaux, du peuple des rues où l’on entend tous les accents et où les rencontres occasionnent des péripéties de toutes espèces.

L’intérêt de cet ouvrage foisonnant réside dans ce qu’elle met en lumière. Une société patriarcale, minée par le populisme, l’islamisme, l’autoritarisme de l’époque et qui persiste encore aujourd’hui dans ses formes de violence.

Son regard reste bienveillant et traduit la chaleur, la solidarité qui unit ce peuple opprimé où il ne subsiste que peu d’espaces de liberté.

Conteuse hors pair, elle tient fil de l’histoire de bout en bout. L’atmosphère qu’elle parvient à créer, inspirée de sa vie cosmopolite et bercée d’une mélodie orientale, procure à l’ensemble une échappée ensorcelante, dont certaines images, tel le chagrin qu’incarne l’hirondelle qui migre et revient se percher, nimbent de poésie.  Enrichissant le tableau de la courte vie de Tequila Leila, elle présente un à un ses amis, ceux qui l’ont aimée ; cinq parcours plutôt cabossés que leur amie rassemble ; cette amitié fournira la trame de la seconde partie du livre avant de laisser une place à l’enquête et de conclure. On peine à quitter ce monde vibrant d’exclus et de rêveurs tant elle sait nous le rendre attachant, on se surprend à  vouloir goûter avec elle cette cuisine des rues dont elle livre avec nostalgie les parfums épicés, au soleil couchant, écoutant les rumeurs de la ville.

Dépaysement et bonheur de lecture garantis.

Autres titres conseillés. La batarde d’Istanbul, Soufi mon amour. 10/18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *