Toutes les histoires d’amour ont été racontées sauf une de Tonino Benacquista

19.00

Toutes les histoires d’amour ont été racontées sauf une de Tonino Benacquista

Gallimard
Février 2020
224 pages
Littérature française > Romans et récits
ISBN : 9782072876073

5 en stock (peut être commandé)

Description

Toutes les histoires d’amour ont été racontées sauf une de Tonino Benacquista

Comme dans ces jeux où l’on cherche un personnage caché, Tonino Benacquista élabore un dispositif dont le but vise à élucider une disparition à partir d’éléments éparpillés. Eparpillé, l’est aussi Léo, homme à l’emploi du temps réglé. Le jour il travaille pour la SNCF, vit avec sa compagne Angélique. Le soir il déambule dans les rues pour satisfaire sa passion pour la photo.

S’il a disparu au début du roman, il s’efface également de la vie ordinaire pour plonger comme il l’a tenté à travers ses clichés dans un autre monde.
Ainsi, il glisse dans un univers imaginaire fabriqué d’extraits de séries. Ces séquences ouvrent un deuxième palier de lecture. L’affaire se complique car l’auteur insère le personnage d’Harold qui essaye d’écrire un roman d’amour, il se désespère de trouver son héroïne au point de passer une annonce.

Les récits s’entrelacent et le personnage de Léo, s’il se perd en lui-même, l’auteur décrivant ainsi le processus d’une dépression, refait surface au fil des pages.

Par la magie des fictions croisées, son portrait devient plus net. La vraie nature du photographe est révélée à l’épreuve d’une constellation d’indices, rassemblés par le lecteur. Benacquista s’amuse de cette mise en abîme.  Nous voici, nous aussi acteurs de ce livre, mis à contribution d’une partie qui s’annonce serrée.

On nous a embarqués dans une histoire sans queue ni tête et pourtant, on a envie d’en connaître l’issue. D’ailleurs voici qu’Harold nous rappelle qu’il est également mis en demeure par l’auteur de livrer cette histoire d’amour mentionnée dans titre. Oui mais elles ont été toutes racontées sauf une. Reste à la découvrir en lisant, comme Léo a fini, en lisant à travers l’irréalité, par accepter de vivre tel qu’en lui même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *