Rencontres à l’Opuscule mars 2020

Rencontre avec Edgar Morin

LES SOUVENIRS VIENNENT À MA RENCONTRE

Dans ce livre, Edgar Morin, né en 1921, a choisi de réunir tous les souvenirs qui sont remontés à sa mémoire. A 97 ans, celle-ci est intacte et  lui permet de dérouler devant nous l’épopée vivante d’un homme qui a traversé les grands événements du XXe siècle. La grande histoire se mêle en permanence à l’histoire d’une vie riche de voyages, de rencontres où l’amitié et l’amour occupent une place centrale. 

EDGAR MORIN

Edgar Morin est né à Paris en 1921, d’une famille de nationalité italienne, d’ascendance judéo-espagnole. Son adolescence est marquée par la montée en puissance du nazisme, les procès staliniens de Moscou, la marche somnambulique vers la guerre. À 20 ans, sous l’Occupation, il entre à la fois au parti communiste et dans la résistance gaulliste. Après la guerre, c’est une vie qui se poursuit dans la résistance au stalinisme, à la guerre d’Algérie, à toutes les barbaries.Directeur de recherches au CNRS, il est l’auteur de très nombreux ouvrages de sociologie et de philosophie.Copyright : Despatin & Gobeli/Opale/Editions Fayard

Rencontre avec Pascal Thiriet

SOIS GENTIL TUE-LE

La mer, elle est partout. Et parfois, au milieu, il y a des îles. Pascal et Murène sont des insulaires mais pas de la même île. Lui, c’est une île de l’océan, et elle, une de Méditerranée. Ensemble, ils pêchent sur un chalutier. Le Mort, il s’appelle. Dessus, ballotés par les vagues et les tempêtes, ils vont bien ensemble. Mais à terre, avec leur passé à traîner, c’est pas facile tous les jours… La mer, on dit qu’elle est cruelle mais elle peut être généreuse aussi. La preuve, elle, elle rend toujours les corps. À terre, c’est parfois plus compliqué… Alors quand il reçoit la lettre de Murène, Pascal ne peut l’ignorer. C’est trop tard. Il faut qu’il y aille ! Il sort le fusil, il reste six chevrotines. C’est plus que suffisant…

PASCAL THIRIET

Pascal Thiriet est né au début des années 50 d’une mère corse et d’un père pied-noir. Il passe une enfance tranquille en banlieue parisienne. C’est après que ça se gâte… puisqu’en soixante-huitard précoce il abandonne très vite ses études, part en stop aux États-Unis et au Guatemala où il passe quelques jours en prison pour une raison non encore élucidée à ce jour… Il a ensuite trois enfants, prépare un Capes de maths et devient prof à Toledo USA. Il lit tout et n’importe quoi, mais sans cesse. Il déteste la chasse mais adore canoter sur le lac Michigan ou laisser son voilier filer tout droit autour de la Méditerranée… Il écoute Phil Glass, Moussu T et Monteverdi… mais pas que ! Il va souvent au cinéma mais n’a jamais eu la télé… ! Et puis il écrit, beaucoup et tout le temps…

 

 

Rencontre avec Jean-Pierre Milovanoff

L’homme des jours heureux

Chardin a 66 ans, et s’il paraît son âge, son cœur, lui, n’en a pas  : versatile et tendre, sous une carcasse solide. Sa carte de visite indique « conseiller artistique  » mais ne rend pas justice à ce qu’il fut – acteur et metteur en scène -, ni même à l’énergie qu’il déploie désormais : décorateur, muse, mentor, philosophe, paysagiste, autant de talents qu’il met au service de la richissime Delphine Campbell, qui d’octobre à juin l’accueille dans son immense bastide, où défile toute la bonne société … Dans ce nouveau roman dont les deux protagonistes, Chardin et Madame Campbell, forment un duo délicieux, Jean-Pierre Milovanoff nous revient avec l’humanité et la délicatesse qui depuis toujours le caractérisent, comme cette prose sobre et expressive, dont on retrouve ici la musique avec un plaisir intact.

Jean-Pierre Milovanoff

Né en 1940 à Nîmes, Jean-Pierre Milovanoff est l’auteur d’une œuvre importante et multiple de romancier, novelliste, dramaturge, poète, fréquemment saluée par le public et distinguée par de nombreux prix littéraires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *